Ladislas Kijno

Ladislas Kijno est né à Varsovie en 1921.
En 1946, il commence les premières expérimentations sur les "papiers froissés" qui le feront connaître dans le monde entier.

1949
A la demande du Chanoine Devémy fondateur de l’Eglise d’Assy où se trouvent déjà, en particulier, les œuvres de Fernand Léger, Rouault, Chagall, Matisse, Lurçat, Bonnard et Germaine Richier... il réalise une Cène pour la crypte de cette église.
Plus de cent expositions personnelles en France et à l’étranger. Musées et Galeries. Naturalisé français.
Un des éléments les plus dynamiques et les plus atypiques de ce qu’on a coutume d’appeler "les peintres des années 50".
A constamment travaillé à contre-courant des modes, par-delà le faux problème abstraction-figuration.

1958
Musée Picasso, Antibes. Rencontre le peintre Pierre Gastaud avec qui il se lie d’amitié.

1971
Musée du Havre.
Maison de la Culture, Rennes.

1973
Galerie Motte, Genève "En hommage à Andrei Roublev". Peintures sur bois de Kijno intégrées dans des sculptures en acier d’Albert Féraud.

1980
Biennale de Venise : la salle centrale du Pavillon français lui est réservée. Il y présente les trente stèles du Théâtre de Neruda.

1981
"Le Stele per Pablo Neruda" Caserte (Italie) Palais Royal.

1985
Musée d’Art contemporain, Dunkerque

1986
Musée de Toulon.
De multiples voyages l’ont conduit dans le monde entier à la recherche des sources profondes du langage des hommes.

Après un séjour en Chine, avec le peintre Chu Teh-Chun, il commence la réalisation de son grand cycle thématique "Retour de Chine" qui fut présenté par l’Ambassade de France au Luxembourg en 1984, par la Ville de Saint-Germain-en-Laye au Manège Royal en 1985, à la Fondation du Château de Vascœuil en 1987 et au prieuré d’Airaines en 1990.

Depuis 1988, invité au Musée Gauguin à Tahiti dans le cadre de "l’atelier des tropiques" par Gilles Artur qui en est le directeur, Kijno fait plusieurs séjours dans le Pacifique Sud et réalise d’importantes recherches picturales et sculpturales sur les civilisations premières de Polynésie. Il a fait des séjours d’étude aux Tuamotu, aux Marquises et à île de Pâques.
Les éléments essentiels de ce travail ont été présentés par la Galerie Sapone à Milan et à Turin, par la Galerie Trigano à Paris, la galerie Patrice Bredel à Moorea, le Musée Gauguin à Tahiti, la galerie Régis Dorval à Lille, sous le titre "Retour de Tahiti" et "Retour de l’île de Pâques".

1994
Exposition itinérante au Canada avec Riopelle et Chu Teh-Chun.

1999
Musée de Cagnes-sur-mer.

De 1990 à 1999, Kijno réalise la grande rosace pour la façade ouest de la cathédrale Notre-Dame de la Treille à Lille, dans une structure de Peter Rice, portail en bronze de Jeanclos. Architecte : Pierre-Louis Carlier.

2000
Rétrospective au Palais des Beaux-Arts de Lille.

2001
Exposition au musée Paul Valéry de Sète.
En 1994, parution aux Editions "Cercle d’Art" à Paris, de la monographie de Raoul-Jean Moulin sur Kijno.


 

 

 



Sans titre, 1960

 


Le Cavalier de Xian, 2004

 


Sans titre, 1960

 


Composition, 1987

 


Petite Incône

 

 

RETOUR INDEX ARTISTES