Diego Giacometti (1902 - 1985)


Natif de Borgonovo, village proche de la frontière italienne dans la vallée de Bregaglia, Diego Giacometti grandit avec ses deux frères Alberto et Bruno et sa sœur Ottelia dans une atmosphère familiale protégée, chaleureuse et conviviale parmi les animaux de leur ferme. Dès 1904, ils s'établirent à Stampa, village situé à quelques kilomètres de Borgonovo.
Après avoir entrepris des études de commerce à Bâle et à Saint-Gall, Diego quitte Stampa, sur les conseils de sa mère Annetta, à l'âge de vingt-cinq ans, afin de rejoindre Alberto à Paris, alors élève du sculpteur Antoine Bourdelle à l'académie de la Grande Chaumière.
Les trois fils Giacometti s'orientent vers les Arts Plastiques. Alors que Bruno, le cadet, devient architecte, Alberto et Diego affirment toute leur dimension artistique dans le domaine pictural et la sculpture, devenant ainsi deux des plus grandes signatures de l'Art Moderne.
Leur collaboration fut si étroite qu'il est parfois difficile de dissocier le travail de Diego de celui de son frère Alberto, de treize mois son aîné, chacun faisant preuve d'une grande dextérité dans la réalisation de ses propres oeuvres. Les deux frères Giacometti conserveront le même atelier de sculpteur, 46 rue Hyppolyte Maindron, jusqu'à la fin de leur vie et exécuteront les commandes d'une clientèle aisée, raffinée et cultivée telle les Maeght ou les Noailles.
C'est durant la guerre que Diego Giacometti réalise ses premières sculptures d'animaux qui orneront régulièrement ses meubles comme ce fauteuil orné de têtes de lion ou cette table arbre à la souris. Sa fascination pour le règne animal est d'une part très liée à son enfance, ayant été élevé parmi les animaux de la ferme, d'autre part à tout le cortège de rêves, de fantasmes et mythologie propre à cet univers fabuleux qui est le sien.
Diego y mêle avec esprit, fantaisie et rigueur, influencé par son voyage en Egypte au cours duquel il remarque parmi les trésors les chats votifs en bronze au Musée du Caire. Chaque commande répond à l'étendue et à la diversité de son inspiration d'où la célèbre " autruche " du Professeur Jean-Claude Binet que nous présentons aujourd'hui.
L'art animalier étant extrêmement riche, Diego Giacometti aime à représenter, aux côtés des animaux plus familiers, les animaux qui symbolisent la force, la puissance, la beauté, tels ces têtes de lion, ce loup, ou ce cheval. Il cherche à représenter l'animal de la façon la plus naturaliste, étudiant l'ensemble des caractères morphologiques propres à la race, permettant de traduire chaque détail comme en témoigne cette sculpture de " Mill Reef " vainqueur du Grand Prix de l'Arc de Triomphe en 1971.
Il utilise le bronze, l'un des seuls matériaux à permettre la reproduction du sujet avec autant de minutie et ceci grâce à son élasticité. Il s'adresse alors à de prestigieuses fonderies : Rudier, Susse, Auber, Thinot. Ces animaux requièrent une technique de fonte spécifique, souvent coûteuse comme la technique de la cire perdue.
Le désir de renouer avec la haute qualité des meilleures productions du passé incitera celui qui fut surnommé " l'As des patines " à continuer tout au long de sa vie à célébrer les animaux avec cette dextérité qui a tant contribué à sa renommée.
Après la disparition d'Alberto en 1966, Diego redouble de travail, réalisant d'importants travaux pour des décorateurs de renom comme Georges Geoffroy, Henri Samuel ou encore des ensembles complets dans des lieux publics exceptionnels, la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, le Musée Chagall à Nice ou encore la commande monumentale du Musée Picasso dans son Hôtel du Marais. Diego devait disparaître à son tour en juillet 1985.
Moins connu du grand public que son frère Alberto, Diego Giacometti (1902 - 1985) est un créateur de mobilier aujourd'hui très recherché. Il travailla avec son frère durant une quarantaine d'années, exécutant certaines de ses oeuvres et les socles de ses figurines, ce qui l'amena à s'intéresser aux objets puis aux meubles. Toutes ses réalisations furent exécutées sur commandes passées par des collectionneurs, de grands marchands ou des décorateurs, comme Aimé Maeght, Hubert de Givenchy, Henri Samuel ou Pierre Matisse. C'est pour le décorateur Jean-Michel Frank qu'il réalisa en 1929 ses premiers objets d'ameublement et luminaires, mais la plupart de ses meubles n'ont été conçus qu'après la mort d'Alberto en 1966. Très originaux et aisément reconnaissables, ils sont exécutés en bronze. De lignes graciles, les meubles sont presque toujours ornés de végétaux et de petites figures d'animaux : bouquetins, cerfs, grenouilles, lézards, oiseaux, chauve-souris. Il s'agit principalement de tables, de guéridons et de consoles à plateaux de verre, ainsi que de sièges et de luminaires. Ce livre richement illustré comporte un inventaire complet du mobilier et des objets décoratifs réalisés par Diego Giacometti.

 

 

 

RETOUR INDEX ARTISTES