Louis Chacallis

Louis Chacallis a travaillé longtemps sur le thème mythique de l’Indien, interrogeant la peinture, sa représentation et son sens au travers de ses recherches. Quelle place l’artiste donne-t-il au spectateur ? Ses oeuvres reposent la question du « comment voir une oeuvre d’art ? » et proposent des boîtes à images qui ont pour support visuel des oeuvres capitales dans l’histoire de la peinture : « la Jeune fille au turban » de Vermeer, « les Demoiselles d’Avignon » de Picasso, ou encore « le Radeau de la Méduse » de Géricault.
Comment faire de la peinture sans avoir recours à la surface plane de la toile ? Les images que Chacallis propose ne sont ni des sculptures ni des tableaux. Fasciné par le Quattrocento, il recourt à l’anamorphose pour mieux rechercher « le point de vue » qu’il complique par une mise en scène de l’oeuvre : ces anamorphoses proposent au regard du spectateur une vitre (« la Fenêtre » de Dürer) qui lui renvoie son propre regard. En tournant autour de ses oeuvres, le spectateur fait et défait la scène, le sens, la peinture même.

 

 

 

 

 

 


Entre chien et loup, 1995

 


L'entretemps 4, 1999


RETOUR INDEX ARTISTES