Burri

Alberto Burri naît à Città di Castello, dans la province de Pérouse, le 12 mars 1915. Il termine ses études de médecine en 1940.
Médecin-officier il est fait prisonnier en Tunisie en 1943 et envoyé au camp de Hereford au Texas où, s’isolant complètement, il commence à peindre.
De retour en Italie en 1946, il s’établit à Rome et se voue définitivement à la peinture. Ses premières expositions ont lieu à Rome en 1947 et 1948 à la galerie La Margherita.
En 1951 Burri participe à la création du groupe "Origine" avec Ballocco, Capogrossi et Colla ; l’année suivante il expose "Neri e Muffe" (Noirs et Moisissures) à Rome à la galerie de L’Obelisco.
A partir de 1950 les Sacchi (Sacs), de plus en plus nombreux, sont les œuvres prédominantes des expositions personnelles qui, après Rome, se tiennent dans grand nombre de villes américaines et européennes comme Chicago, New York, Colorado Springs, Bologne, Turin, Pittsburgh, Buffalo, San Francisco.
A la fin des années 50, dans les différentes expositions qui ont lieu à Venise, Rome, Londres, New York, Bruxelles, Krefeld, Vienne, Kassel, apparaissent les Legni (Bois), les Combustioni (Combustions), les Ferri (Fers).
Au début des années 60, les premières récapitulations se succèdent à Rome, L’Aquila, Livourne et ensuite à Houston, Minneapolis, Buffalo, Pasadena. Celles-ci, avec ses dernières œuvres, les Plastiche (Plastiques), sont à Darmstadt, Rotterdam, Turin et Paris (1967-1972) de véritables rétrospectives historiques.
Les années 70 enregistrent une constante raréfaction des moyens pour les réalisations monumentales, qu’il s’agisse des Cretti (Crevasses) (terre et vinavil) ou des Cellotex (compressés pour l’usage industriel), tandis que les rétrospectives historiques se succèdent à Assise, Rome, Lisbonne, Madrid, Los Angeles, San Antonio, Milwaukee, New York et Naples.
Dans les années 80, Burri concentre son activité sur la réalisation d’œuvres monumentales, à structure complexe, à la fois architecturale et mélodique, qui atteignent le "lustre" dépouillé qui fut déjà celui des saisons d’or de l’art italien, dans les périodes de parfaite unissonance caractéristique des cathédrales et palais publics.
Dans les années 1990, Burri expose dans une galerie privée de New York (Salvatore Ala Gallery) le cycle Palm Springs, 11 grands cellotex de 1982. Ses œuvres sont aussi exposées (Perielio : Burri-Saffo) à l’Institut Culturel Italien d’Athènes et, par l’intermédiaire de la galerie Sapone de Nice, à la F.l.A.C. de Paris (Cellotex).
La Galerie Sapone de Nice propose à nouveau des œuvres de Burri à la F.I.A.C. à Paris au Grand Palais (œuvres 1949 -1992).
Dans la Galleria delle Arti de Città di Castello a lieu une exposition de ses œuvres graphiques.
La Obalne Galerije de Piran et la Moderna Galerija de Lubjiana exposent une rétrospective de son œuvre graphique (de 1962 à 1981) entre 1992 et 1993. En 1993 à l’ex Séchoir à Tabac est présenté au public le nouveau cycle Il Nero e l’Oro, qui se compose de 10 Cellotex. Une œuvre de grandes dimensions, au même titre, Il Nero e l’Oro, est réalisée pour la ville de Faiënce et donnée par le peintre au Musée International de la Céramique. Toujours en 1993 au Museo delle Genti d’Abruzzo de Pescara sont exposées les œuvres graphiques du peintre.
En 1994 Burri participe à l’exposition The Italian Metamorphosis 1943-1968 au Solomon R. Guggenheim Museum de New York.
Du 11 mai au 31 juin 1994 à la Pinacothèque Nationale d’Athènes est présenté son cycle Burri, Architectures avec Cactus qui sera aussi exposé à l’institut Culturel Italien de Madrid (1995).
Le 10 décembre 1994 fut inaugurée sa donation d’œuvres aux Offices de Florence (un tableau Bianco Nero de 1969 et trois séries de graphiques datés 1993-94).
Aiberto Burri meurt à Nice le 13 février 1995.


 

 

 

 

Roso et Nero, 1984

 

Cellotex, 1975

 

Cellotex, 1980

 

Nero Mi, 1988

 

RETOUR INDEX ARTISTES